Flûte de Pan
Accueil du site > Connaître la flûte de Pan > Flûtes de Pan du monde à écouter > Introduction

Un rapide survol...

Introduction

pour montrer un peu la grande diversité des flûtes de Pan...

On trouve des flûtes de Pan sur 4 des 5 continents ! De toutes tailles, fabriquées dans des matériaux très divers et bien sûr avec des techniques de jeu et des répertoire très différents.

Quand on est français, les flûtes de Pan que l’on entend appartiennent à 99% à l’une ou l’autre des familles suivantes :
- d’une part, les flûtes sud-américaines,
- et d’autre part les flûtes roumaines.

JPEG - 11.4 ko
Naïs contemporains
Une basse et deux ténors
Mais alors que les flûtes de Pan roumaines, les naïs, sont toutes faites sur le même modèle et aujourd’hui dans des tailles différentes (basse, ténor, alto...), les flûtes sud-américaines sont, elles, remarquablement diverses !

En Roumanie
Parmi les flûtes d’Europe centrale, le naï roumain a non seulement perduré, mais il n’a pas cessé de s’améliorer progressivement pour devenir au cours du XXe siècle un instrument particulièrement performant, tout à fait apte à jouer des parties virtuoses.
La facture instrumentale a donc considérablement évolué, mais bien sûr la technique de jeu aussi. Et ce n’est pas fini !

Alors que les meilleurs facteurs de ces instruments ne se lassent pas de travailler à améliorer la qualité de leur production, les interprètes, eux, cherchent à adapter l’instrument à toutes sortes de contraintes stylistiques. Aujourd’hui, on peut entendre la flûte de Pan (roumaine) dans des musiques de film [1], mais aussi dans la musique classique, baroque, ancienne, traditionnelle, dans le jazz... Des compositeurs contemporains écrivent pour cet instrument... Bref, il n’y a guère de style interdit au naï [2] !

Notons donc déjà qu’avec la flûte roumaine, on joue tout sur la même flûte ou un même type de flûte (déclinée en basse, ténor, etc).

Un point particulièrement remarquable du naï roumain est sa courbure en forme d’aile d’oiseau. Mais nous verrons que d’autres flûtes de Pan copient aujourd’hui cette caractéristique...

JPEG - 16.2 ko
Flûte de Pan d’Argentine
En Amérique centrale et du sud
Une flûte de Pan sud-américaine sera un siku, un toyo, une antara, un rondador, etc. Or il n’y a rien de commun entre un rondador, une antara de pierre, ou un immense toyo, avec chacun sa technique, son répertoire, son aire de naissance, etc. Il n’y a que fort peu de points communs, hormis que ce sont des ensembles de tuyaux, entre toutes ces flûtes de Pan.

A l’opposé des naïs roumains, les flûtes sud-américaines sont donc très spécialisées. On y utilise une flûte pour un style donné, et si on change de style, on change aussi de flûte ! Les musiciens sud-américains ont toujours plus d’une flûte dans leur sac !

Évoquons maintenant des flûtes de Pan moins connues, et qui sont parfois tout simplement fabuleuses !
En Mélanésie
On joue de la flûte de Pan dans des formations multiples et pour des répertoires remarquablement savants ! On peut parler musicologiquement parlant de répertoire savant par exemple quand on connaît le compositeur d’une pièce, et c’est le cas par exemple chez les ’Are ’Are. Ils ne connaissent pas l’écriture de la musique mais les traditions musicales sont encore assez vivantes chez ce peuple et le répertoire se transmet de génération en génération, par voie orale. Aujourd’hui encore, on sait qui composa telle ou telle pièce, et pour quelle circonstance ! [3]

JPEG - 18.6 ko
Firlinfeus
Du contrebasse au soprano...
En Italie
Dans le piémont alpin, on trouve des grands ensembles de flûtes de Pan parfaitement italiennes ! Les "firlinfeu". Cette pratique est bien vivante même si la forme parait plutôt "folklorisée" [4].

JPEG - 12.5 ko
Paï-tsiao
Une forme traditionnelle, et symbolique, faisant référence au Phénix
En chine et en Orient
Difficile de s’y retrouver... Les flûtes de Pan chinoises, portent toutes le même nom : "paï-tsiao" [5] (ou paixiao) mais elles ont plusieurs formes très différentes ! Un vrai casse-tête !
A noter qu’en Chine, comme en Grèce, la flûte de Pan est liée à un mythe originel. Ce qui en ferait en soi une sujet passionnant d’étude !

JPEG - 9.7 ko
Flûte de Pan africaine
Voilà... Il y a encore des dizaines d’autres flûtes qui mériteraient d’être citées, et de mon point de vue je dirais même TOUTES... Mais une vie n’y suffirait pas !

Évolutions récentes

JPEG - 9.8 ko
Paï-tsiao
Une forme traditionnelle

Récemment, on a vu le naï roumain remplacer certaines flûtes de Pan traditionnelles.

Ainsi en Chine, le paï-tsiao [6] d’aujourd’hui peut prendre la forme courbée du naï roumain.

JPEG - 42.9 ko
Le musicien chinois Lutao et son paï-tsiao "moderne"...

En Corée, il y a actuellement de grands ensemble de flûte de Pan, de plusieurs dizaines de musiciens... Mais ici aussi, ils semblent avoir abandonné leurs flûtes de Pan traditionnelles et adopté une facture inspirée des naïs roumains ! Et ça très récemment...

Par ailleurs, certaines factures contemporaines de flûtes de Pan sud-américaines montrent aussi une courbure en aile d’oiseau.

Dans ces factures influencées par le naï roumain, de nombreux points, comme la qualité de la facture, la façon dont les tuyaux sont collés entre eux, l’échelle musicale employée, etc, les distinguent finalement des naïs, la courbure en aile n’étant qu’un trait caractéristique parmi d’autres.

Quoi qu’il en soit, cette courbure, hier caractéristique de la seule flûte roumaine, n’est plus aujourd’hui un trait distinctif !
JPEG - 12.3 ko
Monoxyle contemporaine

Ces évolutions sont naturelles... Tout comme on sait qu’il y a des espèces végétales ou animales qui disparaissent chaque jour... on apprend aussi qu’il y a des flûtes qui s’éteignent... Ces flûtes, qui ont des histoires le plus souvent multi-millénaires, sont emportées par un vent de MacDonalisation...

Il est bien dommage que l’incroyable ouverture sur le monde aujourd’hui permise par la technologie soit aussi synonyme du broyage (c’est bien le mot qui semble le plus approprié...) de sociétés traditionnelles, qui disparaissent sans laisser d’autres traces que quelques pièces dans les musées [7]...

JPEG - 4.7 ko
Mini-naï

Alors une bonne nouvelle !
Il y a aussi des facteurs d’instruments qui inventent des choses ! Et des flûtes qui naissent !


Nota. Le logo de l’article est un(e) xipro, flûte de Pan monoxyle portugaise.

 Dans les autres articles de cette rubrique, vous pouvez entendre quelques pièces musicales interprétées par des musiciens et musiciennes du monde entier. Prêtez-leurs vos oreilles ! Parce que c’est la meilleure façon pour nous de les aider dans la préservation de leurs traditions. 


Notes

[1] par exemple "Kill Bill" ou "Le seigneur des anneaux", mais il y en a bien d’autres...

[2] Quelques exemples sonores à écouter ici

[3] Mais en Mélanésie aussi la tradition s’appauvrit...

[4] Cette pratique "floklorisée" semble ici préserver l’instrument, mais gare... certains dévoiements par "foklorisation" peuvent aussi condamner un instrument...

[5] Donc, probablement s’agit-il d’un nom générique, comme l’est pour nous : "flûte de Pan".

[6] ou paixiao, la flûte de Pan chinoise, riche d’une histoire multi-millénaire.

[7] Il faut voir ce film étonnant : "Les statues meurent aussi" d’Alain Resnais et Chris Marker.

Contact association | Plan du site | Webmestre
2009 - 2016  Association "Mille et un souffles"