Flûte de Pan
Accueil du site > Connaître la flûte de Pan > Acoustique > Sonagramme de flûte de Pan

Une représentation visuelle du son

Sonagramme de flûte de Pan

Et considérations sur le timbre

Un des intérêts majeurs du sonagramme est de montrer le spectre d’un son, autrement dit, la répartition des différents partiels et les transitoires qui composent ce son. Le spectre étant l’une des caractéristiques importante du timbre d’un instrument.

Pour interpréter le sonagramme [1], lisez l’article Sonagrammes.

Ce sonagramme présente trois sons successifs faits à la flûte de Pan roumaine, le naï : fa#, sol et la ; ce la étant le A3 de 440 hertz.

3 notes au naï

Chaque son dure environ une demi-seconde ou un peu plus.

Sonagramme de naï

On voit que chaque partiel est presque un multiple - en fréquence - du fondamental : 440 -> 880 -> 1320... [2]. On parle pourtant dans ce cas d’harmoniques, même s’ils ne sont pas exactement des multiples du fondamental, car ils [3] sont organisés harmoniquement.

Sonagramme de castagnettes

Un sonagramme de castagnette parfaitement non harmonique montre, lui, une absence d’organisation harmonique des partiels... Voir ci-contre.

Pour le naï, on voit que les harmoniques impairs [4] sont nettement plus visibles (et donc sonores) que les harmoniques pairs. Cela est caractéristique de la flûte de Pan. Le tuyau fermé à une de ses extrémités ne peut théoriquement produire ces harmoniques pairs, ils sont pourtant présents, faibles, mais présents !

Pratiquement, les harmoniques les plus audibles sont donc le fondamental (ou harmonique 1), suivi des harmoniques 3, 5, 7, etc... L’harmonique 3 sonne à la douzième du fondamental, ce qui fait entendre un intervalle de quinte juste (ramené dans l’octave), et l’harmonique 5 fait entendre, lui, un intervalle de tierce majeure (ramené dans l’octave). Mais on observe aussi que plus on s’éloigne du fondamental, moins les traits représentants les partiels sont épais et fournis.

Naï utilisé pour ce sonagrammeCes partiels sont donc de plus en plus faiblement audibles...

Ce spectre est caractéristique du timbre de la flûte de Pan, lequel donne à entendre de la quinte (pas mal !) et de la tierce (un peu)...

On peut le vérifier en soufflant nettement plus fort, ce qui génère le troisième harmonique, et encore plus fort et en comprimant fortement les lèvres, pour obtenir le cinquième harmonique.


Notes

[1] sonogramme, en anglais

[2] Sur la droite du sonogramme des traits bruns montrent les positions théoriques de ces harmoniques, et on voit que les partiels réels sont plus bas !

[3] Harmonique, en acoustique, est un mot masculin, comme partiel d’ailleurs.

[4] Le fondamental est compté comme l’harmonique 1, ou harmonique de premier rang.

Contact association | Plan du site | Webmestre
2009 - 2016  Association "Mille et un souffles"