Flûte de Pan
Accueil du site > Connaître la flûte de Pan > Approche culturelle > Dans la Grèce ancienne > La naissance de Pan

Mythologie grecque

La naissance de Pan

Hymne homérique

Chant 18 [1]

À Pan

Muse, célèbre le fils chéri de Mercure, Pan aux pieds de chèvre, au front armé de deux cornes, aux sons retentissants, et qui, sous la fraîcheur du bocage, se mêle aux choeurs des nymphes : celles-ci, franchissant les hautes montagnes, adressent leurs prières à Pan, dieu champêtre à la chevelure superbe mais négligée. Il reçut en partage les monts couverts de neiges et les sentiers rocailleux ; il marche de tous côtés à travers les épaisses broussailles ; tantôt il gravit les roches escarpées, et de leurs cimes élancées il se plaît à contempler les troupeaux. Souvent il s’élance sur les montagnes couronnées de blanches vapeurs ; souvent, dans les vallons, il poursuit et immole les bêtes sauvages qui ne peuvent se dérober à ses regards perçants ; d’autres fois, lorsque la nuit approche, seul, revenant de la chasse, il soupire sur ses chalumeaux [2] un air mélodieux. L’oiseau qui sous la feuillée du printemps fleuri, répète d’une voix plaintive sa douce chanson ne l’emporte point sur cette divinité.

Alors se réunissent avec lui à pas pressés, auprès d’une fontaine profonde, les nymphes des montagnes, à la voix éclatante. Écho fait résonner le sommet des monts ; le dieu se mêle au hasard au choeur des danses, et sans les rompre les pénètre d’un pas léger ; ses épaules sont couvertes d’une peau de lynx, son âme est réjouie par les accents mélodieux. Elles dansent ainsi dans une molle prairie où l’herbe touffue est embaumée du safran et de l’odorante hyacinthe. Dans leurs hymnes les nymphes célébrant et les dieux fortunés et le vaste Olympe, mais elles chantent surtout le bienveillant Mercure, rapide messager des dieux.

C’est lui qui vint dans l’Arcadie, source d’abondantes fontaines et féconde en troupeaux : là s’élève le champ sacré de Cyllène ; en ces lieux, lui, dieu puissant, garda les blanches brebis d’un simple mortel, car il avait conçu le plus vif désir de s’unir à une belle nymphe, fille de Dryops. Leur doux hymen enfin s’accomplit : cette jeune nymphe donna le jour au fils de Mercure, enfant étrange à voir, enfant aux pieds de chèvre, au front armé de deux cornes, aux sons retentissants, au sourire aimable. À cette vue la nourrice abandonne l’enfant et prend aussitôt la fuite ; ce regard horrible et cette barbe épaisse l’épouvantèrent : mais le bienveillant Mercure le recevant aussitôt le prend dans ses mains, et son âme en ressentit une grande joie. Il arrive ainsi au séjour des immortels en cachant soigneusement son fils dans la peau velue d’un lièvre de montagne : se plaçant devant Jupiter et les autres divinités il leur montre le jeune enfant. Tous les immortels se réjouissent à cette vue, surtout Bacchus. Ils le nommèrent Pan, car pour tous il fut un sujet de joie.

Salut, ô roi, je vous implore en ces vers ; je me souviendrai toujours de vous, et je vais dire un autre chant.

Traduction d’Ernest Falconnet (1817)

Téléchargez une édition électronique des Hymnes Homériques au format .pdf, élaborée par le groupe Ebooks libres et gratuits.

Pour certains chercheurs, l’appellation "hymnes homériques" viendrait de ce que l’on a pu croire par le passé qu’ils étaient l’œuvre d’Homère. Pour d’autres, c’est la nature de la versification, comparable à celle d’Homère qui a justifié cette appelation.

Aujourd’hui, on considère que ces hymnes, d’inégales qualités et de longueur très diverses, mais semblables par leur fonction d’introduction [3] ont été écrits entre le VIIIe siècle avant J.-C. et le IVe siècle de notre ère.
Ce chant est quoi qu’il en soit une des plus anciennes évocations de la flûte de Pan en occident.

Chacun de ces hymnes était consacré à un dieu, et on en compte 22 ou 24 selon les chercheurs. La numérotation des chants diffère aussi d’un traducteur à l’autre...


Notes

[1] A noter que pour certains traducteurs, ce chant, "A Pan", est compté comme étant le 17e.

[2] Il s’agit d’une licence poétique. Il ne faut pas voir dans ces chalumeaux l’ancêtre organologique de la clarinette... mais bien n’importe lequel des instruments à vent construit en roseau, plante qui fait partie des "chaumes" dont le chalumeau tire son nom... Il s’agit en fait certainement de la flûte de Pan...

[3] Proèmes (du grec ancien προοίµιον prooimion), préludes à une œuvre plus conséquente

Contact association | Plan du site | Webmestre
2009 - 2016  Association "Mille et un souffles"